Monsieur le Président, cher Monsieur,

Dans un courrier adressé à la Fédération Française de Voile et que vous avez courageusement bien voulu rendre public, vous faites part de l’énorme scandale survenu lors de l’Open de France 2014 sur lequel personne n’avait encore osé revenir : oui Monsieur le Président, tout comme vous, nous sommes choqués qu’un Finn n’ait pas gagné l’Open de France ! Tout comme vous, Monsieur le Président, nous ne comprenons pas que l’autorité organisatrice, la FFVoile, n’ait pas pris les mesures permettant aux Finnistes de rester sur la plus haute marche du podium qu’ils trustaient depuis des années, place depuis laquelle la classe Finn illumine le monde de la voile légère française et mondiale. Oui Monsieur le Président, tout comme vous nous sommes choqués que les efforts d’ouverture auxquels la classe Finn, classe majeure, consent pour venir chaque année à l’Open de France montrer aux séries mineures ce qu’est l’essence même de la voile, ne soient pas plus reconnus et valorisés. Oui Monsieur Le Président, tout comme vous, nous comprenons que le fait d’avoir été battu sur l’eau a sérieusement « compromis l’image de marque de ce dériveur » et a « desservi les intérêts de la classe ». Oui Monsieur le Président, tout comme vous, nous pensons que « malgré le respect de la parole donnée quant à (votre) participation », il vous faudra être « extrêmement attentifs aux conditions de déroulement de l’Open de France 2015 » et conditionner votre participation à certaines décisions fédérales. Oui Monsieur le Président, nous ne pensons pas comme ces mauvais esprits qui seraient tentés de voir dans vos propos une forme de chantage à l’égard de la FFVoile. Et non Monsieur le Président, nous n’oserons jamais qualifier votre courrier comme étant l’illustration d’un manque de respect des valeurs du sport et vis à vis des autres concurrents et particulièrement vis à vis des deux qui ont eu l’outrecuidance de reléguer les Finn aux places de 3, 5, 7 et 9, places ô combien déshonorables, nous en convenons.

Le jaune devrait être le seul rond de couleur dans une voile de Finn

Le jaune devrait être le seul rond de couleur dans une voile de Finn

Si nous vous soutenons de tout notre poids qui n’égalera jamais celui d’un Finniste dans votre combat pour la réhabilitation de l’honneur de la classe Finn honteusement bafoué lors de l’Open de France 2014, nous tenions néanmoins à vous faire part d’un certain nombre de remarques. Nous vous prions par avance de bien vouloir nous excuser si ces propos pouvaient vous paraître d’une impertinence insoutenable.

 – Pour expliquer ce que vous jugez être l’absolue contre-performance (4 Finn dans les 10 premiers et des places de 3-5-7-9) vous mettez en avant « les parcours qui encourageaient les designs plus modernes en réduisant la quote-part de près au profit des allures portantes ».
Sur la forme, j’imagine que vous souhaitiez dire « avantageaient » plutôt que « encourageaient » car à notre niveau, nous skiffeurs, ne savons pas en quoi des parcours « encouragent » des designs même si nous reconnaissons qu’ils peuvent les avantager… Sur le fond, nous avons observé avec attention les résultats de cet Open de France 2014, et nous n’avons cependant pas remarqué que les designs modernes fussent sur-représentés dans le haut du classement. Mis à part un RS700 sur la deuxième marche du podium, les designs modernes sont 32-36-41-42-51-57. Il est vrai que ceux qu’on appelle les « skiffeurs » sont sans aucun doute d’un niveau sportif affligeant par rapport aux finnistes… Mais alors si l’on suit votre raisonnement, peut être faudrait-il augmenter la « quote-part » de portant pour les « encourager », sauf à penser que ces « engins de plage » comme vous les aviez qualifiés en 2010 n’ont rien à faire sur une épreuve où la majorité des designs sont d’un âge aussi respectable que celui du Finn. A défaut d’augmenter la taille du portant, peut-être accepteriez-vous que le rating de ces « designs modernes » soit revus car quiconque connaît un peu la manière dont les ratings ont été conçus sait que les designs modernes en France sont plutôt défavorisés par rapport à un pays comme l’Angleterre ou l’intersérie est reine et à la base de la pratique voile légère. Certains rajouteront même qu’il serait bien que le Finn ait en France le même rating que celui qu’il a en GB. Pour votre info, en France l’écart de rating entre un RS700 et un Finn est de 225 points (830 contre 1055) alors que dans le système anglais de la RYA il est de 198 (852 contre 1050). Cela est loin d’être anodin…
De même, quiconque connaît un peu la régate intersérie en temps compensé sait que les ratings prennent justement en compte le fait qu’un bateau soit plus ou moins typé près ou portant. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire que les parcours en intersérie comportent autant de près que de portant. Permettez-nous d’ailleurs d’acter le constat que lors de la dernière course raccourcie à la bouée au vent (un parcours avec plus de près que de portant donc), les Finn n’ont pas trusté les premières places de cette manche. Le problème de l’insoutenable contreperformance des Finn à cet Open 2014 est donc ailleurs…
De plus, sur le rond des dériveurs médium, malgré des arrivées systématiquement au vent, les dériveurs plutôt « typés près » n’ont pas mieux marché que les dériveurs « typés portant »… Bien au contraire… Enfin, permettez-nous de vous rappeler l’Open de France 2010 à Quiberon. Les Finn, sur un parcours avec une énorme « quote-part de près », avaient largement dominé et le premier « non-Finn », 7ème de l’épreuve était le même RS700 que celui qui termine 2ème à cette édition 2014 de l’Open. Nous aurions aimé à l’époque vous entendre dire et ou reconnaitre que les parcours « décourageaient » les designs modernes…
Bizarrement vous étiez plus muets et ni les designs modernes, ni les autres dériveurs solitaires plutôt typés portant n’avaient contesté la belle domination des Finn à l’époque, tout simplement parce qu’elle était réelle. Mais voilà, le monde du sport et de la compétition à cette particularité que les hiérarchies n’y sont pas figées pour l’éternité et qu’elles évoluent…

Même en bois, un Finn toujours devant devra être...

Même en bois, un Finn toujours devant devra être…

– Toujours pour expliquer l’absolue et inacceptable contre-performance à vos yeux de la classe Finn à cet Open (4 bateaux dans les 10 premiers et des places de 3-5-7-9, je le rappelle) vous évoquez « la mixité avec des dériveurs en double dans (dont ?) les angles de remontée au vent ou de descente au vent arrière sont incompatibles avec ceux d’un Solitaire ». Si nous comprenons bien que la « mixité » soit un mot qui puisse vous effrayer, nous tenons à vous rappeler qu’elle est pourtant… la raison d’être de la pratique intersérie… Nous nous permettons aussi de vous rappeler que la diversité de l’intersérie, même lorsqu’elle repose sur des divisions double-solitaire plutôt que sur des groupes de vitesse, entraine de fait la rencontre de dériveurs avec des angles et des vitesses de remontée au vent ou de descente au portant différents. Trouvez-vous qu’un RS700, un solitaire pourtant, a le même angle de remontée et de descente qu’un Finn, autre solitaire ? Avez-vous vu ou entendu ces dériveurs plus rapides et/ou avec des trajectoires différentes se plaindre de croiser les Finn attardés ? Et pourtant ces bateaux n’étaient pas tous devant les Finn en compensé. Mais il est vrai que les Finnistes sont forcément les meilleurs sur l’eau… Avez-vous déjà entendu des compétiteurs se plaindre des angles des trajectoires de vos bateaux lorsque vous étiez dans un groupe où vous étiez les plus rapides des moins rapides ?

– Qui plus est, toujours pour expliquer l’absolue et insoutenable contre-performance à vos yeux de la classe Finn à cet Open, vous pointez « l’affectation (de la classe Finn) en dériveur rapide malgré un coefficient voisin de 1… » Il est vrai que le Finn est un bateau dont les pratiquants ont toujours fait l’éloge de la lenteur… De même, il ne vous aura pas échappé que les catégories de rating « fast » « medium » ou « slow » ne sont pas des catégories absolues et gravées dans le marbre. L’affectation des bateaux à telle ou telle catégorie ne répond pas à des critères stricts mais bien au volume global de participation à ces événements interséries comme l’Open. Cela explique pourquoi on peut sur une épreuve donnée être le plus lent du groupe des rapides ou le plus rapide du groupe des dériveurs lents sur une autre épreuve… Si l’on regarde maintenant les écarts de rating entre les différents bateaux, vous reconnaitrez aisément que les différences de rating entre un Finn et le gros de la flotte (Fireball, Ponant, Windy, Jet etc) à laquelle vous étiez affectés sont à peu près similaires à l’écart de rating qu’il y a entre un Finn et les Laser Radial ou Europe qui constituent la majorité de la flotte solitaire des « dériveurs medium » de l’Open de France à laquelle vous auriez manifestement souhaité être affectés. De même si l’on suit votre raisonnement, faudrait-il par exemple refuser à un Laser 4.7 de courir en intersérie dériveur solitaire avec un Finn sous prétexte que l’écart de rating est de 145 points c’est à dire plus que les 85 points d’écart de rating entre un Finn et un Fireball par exemple ?

La réalité, Monsieur le Président, c’est que même si, selon vous, la course intersérie en temps compensé n’est pas quelque chose de sérieux ni de juste sportivement, les différences de niveau des compétiteurs sont largement supérieures aux imperfections de rating et de comportements des bateaux selon telle ou telle condition, parcours etc. Mais n’étant pas à un paradoxe près, nous constatons que si implicitement la course intersérie en temps compensé n’est manifestement pas quelque chose de sérieux pour vous, il n’est quand même pas sérieux que les Finnistes ne gagnent pas les événements interséries…

Même un Finniste lorsqu'il s'égare en 470 se doit de rester derrière !

Même un Finniste lorsqu’il s’égare en 470 se doit de rester derrière !

– Passons enfin sur les aberrations de votre courrier (les parcours où les Finn ne peuvent pas surfer et les différences de météo arguments tout autant valables pour de la régate monotype) pour pointer du doigt ce que vous écrivez non sans une certaine forme de condescendance : « mélanger à des dériveurs qui n’ont cessé de les couvrir, sans jamais être capables, malgré leurs handicaps respectifs, de prendre le large ». Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez Monsieur le Président ? Vous reprochez à une majorité de compétiteurs d’être mauvais pour ne pas dire plus et c’est limite si vous ne sous-entendez pas que ces gens là n’ont pas leur place sur ce style d’épreuve… Vous parlez à juste titre du plaisir de la convivialité de l’Open de France. Ne pensez-vous pas qu’elle serait encore plus forte si vous ne teniez pas ce genre de discours insultant à l’égard de ceux qui, sans aucune prétention, ni ambition, vont se faire plaisir à naviguer sur ce genre d’épreuve à laquelle personne, et surtout pas les classes, n’est obligé de participer. Nous ne nous excuserons même pas d’être nuls, nous le savons et c’est pour cela que nous progressons…

Malgré l’affichage, « Sans jamais remettre en cause le principe de l’intersérie » dites-vous, vous ne faites que cela dans votre courrier en vous en prenant à l’organisation de l’épreuve phare du sport en club, l’épreuve de ceux qui, au delà de leur appartenance à des classes, animent une pratique de proximité, de club dont le sport voile a cruellement besoin dans le contexte actuel. Qu’à cette pratique vous préfériez une pratique que vous jugez plus noble, celle de la monotypie, des classes, des kilomètres parcourus, des championnats de France débarrassés par pur snobisme de l’appellation « promotion » histoire de laisser planer une ambiguïté concernant votre appartenance revendiquée à l’élite de la voile légère, c’est une chose, c’est un choix et personne ne le conteste, ni ne le remet en question. Mais que vous pensiez que le fait que les Finnistes ne gagnent pas l’Open de France soit de nature à « compromettre l’image de marque de ce dériveur» est une grave erreur. Nous tenions même à vous rassurer : vous n’avez pas besoin de cela, il suffit que vous écriviez ce que vous avez écrit pour ne surtout pas donner envie de rejoindre la classe Finn. Pour le dire encore plus trivialement, sur ce coup là mauvaise pub pour la classe Finn, vous l’avez conçue tout seul et vous l’avez diffusée tout seul…

Nous avons néanmoins la faiblesse de penser que ce que vous avez écrit ne sont que les propos d’une personne déçue de ce qu’elle juge comme étant une contre-performance et certainement pas ceux de l’ensemble des membres de la classe et des passionnés du Finn. Et ce n’est clairement certainement pas celui du premier Finniste lors de cet Open qui a su justement raison garder et sportivement féliciter ceux qui occupaient les deux premières places sur le podium, d’une épreuve sans prétention et de tous les autres Finnistes avec qui nous avons eu l’occasion de discuter sur le parking.

En tête, un Fireball, un RS700, ceux par qui le scandale arrive...

En tête, un Fireball, un RS700, ceux par qui le scandale arrive…

Comme tout cela ne doit pas et ne devrait pas être trop sérieux, dans l’hypothèse ou vous jugeriez encore nécessaire pour votre image que la classe Finn soit présente à l’Open de France qui fêtera ses 20 ans en 2015, et dans l’hypothèse où vous vous seriez senti offensé par cette lettre, nous accepterions volontiers le principe d’un duel sur la pelouse de l’ENV afin que vous puissiez laver votre honneur bafoué. Nous vous laissons même le choix des armes. Du côté des « designs modernes » nous nous engageons à tout faire pour vous laisser gagner l’épreuve l’année prochaine. Nous demandons également officiellement que la Fédération Française de Voile, par l’intermédiaire du représentant des classes au CA de l’institution, prenne contact avec les différentes séries et classes, notamment les Fireball, pour qu’elles s’engagent comme les « designs modernes » à laisser gagner les Finnistes.

Dans l’attente, nous vous prions, Monsieur le Président, de croire en l’expression de nos respectueuses salutations sportives.


L’équipe Breizhskiff.com, l’équipe des « designs modernes »


PS. Nous ne doutons M. Marc Allain des Beauvais FRA99 que vous ne manquez pas d’humour et que vous saurez prendre cet article avec le recul qui convient

PPS. Les photos sont celles de l’édition 2014 de l’Open de France et ont été prises par Bernard Porte

10517477_714783161940423_4674835581464889398_nEnfin de retour sur le Lac de Garde, 10 après ma dernière Eurocup en Laser 4000! Cette fois ci c’est en RS800 que je m’y rend, et nous sommes 4 équipages Français au milieu d’une meute d’Anglais…

Le Gill RS European Championship organisé à Riva del Garda sur le lac de Garde rassemblait du 28 juillet au 1er août 2014 les RS100, RS200, RS400 et RS800, soit près de 130 bateaux participants!

La météo a franchement joué avec nos nerfs pendant près d’une semaine, des trombes d’eau sur la route à l’aller aux 2 manches mercredi matin sous une pluie battante, entrecoupé d’un coup de chaud le tout accompagné de vents jamais stables plus d’une heure (même pas le temps d’une manche!), bref le Lac de Garde que les initiés avaient vendu à ceux qui venaient pour la première fois se sont fait bien chambrer….

RS Eurocup 2014,Lake GardaHeureusement que les journées de jeudi et vendredi ont sauvé le coup, avec le fameux Ora venant du sud à pile 12h30 et livrant une journée finale sous forme de baston totale sur l’eau. Le report des Anglais indique qu’on a atteint les 30kts dans la dernière manche. Je ne sais pas trop mais c’est vrai que c’était très fort! On a tenu le coup avec Boris et on s’en sort très bien avec effectivement une 10ème place, trop cool!!!

Côté sportif, on aurait évidemment aimé mieux finir que la 23ème place, mais quand je vois notre dernière journée, je me dis que si on avait eu du Ora classique toute la semaine, on aurait pu finir dans les 15! Bon faut dire que notre jeu de voile ancienne GV nous a handicapé, heureusement que le spi neuf acheté pour l’occasion a rattrapé un peu le coup.

La délégation Française de RS800!Par contre j’ai l’impression qu’on a progressé pendant cette semaine sur la recherche de vitesse par les réglages et la conduite, on a eu le temps de se poser des questions et de tester des réglages qu’on a jamais le temps de tester sur le circuit BSP. J’espère qu’on verra la différence à la prochaine régate BSP.

Riva del Garda: toujours aussi joli! Les prix de la restauration sont tout à fait corrects, on a très bien mangé pour vraiment pas cher! Les restaurateurs et commerçants sont accueillants, aiment visiblement bien les Français et gardent le sourire. Par contre fin juillet le coin est vraiment trop touristique… J’avais souvenir de Riva del Garda fin juin lors des Eurocup Laser 4000, ça n’avait rien à voir en terme de fréquentation…. Entourés d’Allemands nous étions!

10562925_708413685898319_4305191407450809118_n  4 équipages Français + accompagnants, ça c’était cool aussi, le petit groupe a pu soit faire des activités en commun soit vivre sa vie quand le besoin s’en est fait ressentir, au moins on s’est senti moins seul au milieu de tous ces étrangers! (Je parle pas des Italiens, on en a quasiment pas vu!!).

Ah sinon, le pasta/beer à la sortie de la nav en combi sur le parking ou à la terrasse panoramique du club: que dire de plus…..

On a passé une super semaine en Italie, et même si on a pas eu les conditions idéales typiques de ce lac, on s’est vraiment vraiment bien amusé,on a progressé et on a hâte de voir ce que ça donnera sur les prochaines régates Breizhskiff!

Julien – FRA1130

Pour une diversité de l'offre !

Depuis quelques années maintenant la FFvoile s’est engagée dans une politique de promotion de l’intersérie et de valorisation de cette pratique qui est à la base de l’animation dans l’univers du sport en club et dans l’univers du sport de compétition. Si cette politique produit des résultats mesurables là où elle est mise en oeuvre, elle est encore mal comprise par beaucoup qui, ce faisant, entretiennent une vision malthusianiste du développement de la voile. A les écouter, hors de la pratique monotype, hors de politiques sportives de filières basées sur une offre restreinte de « supports » point de salut, notamment dans une perspectives de formation au haut niveau. A les écouter, réduire le nombre de séries et de formes d’animation serait la garantie de rassembler et de mobiliser le plus largement possible. En tenant ce discours ils font plusieurs erreurs grossières et entretiennent un système qui a pourtant montré ses limites.

interseriederiveurPremièrement, ils ignorent un principe fondamental pas seulement valable pour le monde du sport : plus l’offre est variée, plus elle est susceptible de toucher un public le plus large possible, où quand Say s’oppose à Malthus. Il n’est pas anodin d’ailleurs de constater que les nations les plus dynamiques en voile sont celles où la diversité de l’offre sportive est la plus forte. Pour prendre un exemple, rien qu’en dériveur, il y a en Angleterre plus de 100 classes de répertoriées dont plus de la moitié sont capables de réunir plus de 30 bateaux sur un national. Nous sommes bien loin de cette situation en France où la logique de restriction de l’offre et la logique de filières donnent une vision monolithique de notre offre et réduisent le nombre de pratiquants possibles car ces derniers ne trouvent pas une offre de pratique qui correspond à leurs envies, à leur gabarit, à leurs moyens, à leur niveau, bref à tous les éléments qui entrent en ligne de compte lorsque l’on souhaite acheter un bateau pour pratiquer la voile de compétition. Pour le dire encore autrement et de manière plus abrupte, un licencié qui ne souhaiterait pas naviguer en Laser parce que ce bateau ne lui convient pas n’est pas moins respectable qu’un licencié qui trouve du plaisir à la régate en Laser. Et l’on voit encore trop souvent des régatiers se faire refuser l’inscription à des régates locales ou régionales parce qu’ils n’ont pas le bon bateau ou plutôt celui considéré comme tel au nom de principes bien flous. Ou comment se tirer une balle dans le pied tout en affirmant avec fierté que la richesse du sport voile c’est sa diversité qui n’existe en fait que dans les discours.

FFV_label_CSL_quadriDeuxièmement, ils oublient que leur vision est une vision pyramidale de la structuration et du développement du sport, système qui est à bout de souffle. Ce faisant, ils plaquent sur l’univers du sport en club et sur l’univers du sport de compétition des problématiques et des modes de pensées issus du haut-niveau et qui ne concernent qu’une infime minorité des licenciés. Hors, si la déclinaison à l’échelon du sport en club et du sport de compétition des schémas du sport de haut-niveau suffisait à générer une croissance du nombre des licenciés de la FFvoile, nous n’aurions aucun problème, nos clubs seraient pleins et nous n’aurions aucun pratiquants de voile sportive non licenciés. Que reste-t-il par exemple de l’explosion de la pratique de la planche des années 80 ? Des centaines de personnes qui pratiquent leur passion du windsurf en dehors des clubs faute d’avoir su les accueillir. Il faut arrêter de penser que l’on pratique la voile au niveau local et régional pour les mêmes raisons qu’un sportif de haut-niveau. Les attentes, les objectifs, les moyens ne sont pas les mêmes et notre incapacité à proposer une offre sportive et d’animation qui corresponde aux attentes de 99% de nos licenciés demeure une épine dans le pied du développement de la voile sportive. Tant que l’on ne réfléchira pas à ce que l’on recherche en s’engageant dans la pratique de la voile sportive, à ce qui pousse certains à rejoindre des clubs, tant que l’on continuera à restreindre l’offre et à survaloriser la question du matériel et détriment de la problématique d’animation et de sociabilité, nous limiterons notre possibilité de développement du sport voile.

Accessoirement ce type de raisonnement tend à survaloriser quelques catégories de pratiquants. Non seulement certain voudraient imposer des schémas « haut niveau » à tous les échelons mais ils survalorisent aussi et du coup certains types de populations, les jeunes notamment avec des discours où l’évidence confine à la banalité. Bien évidemment que nous avons besoin de jeunes pour l’avenir de la voile de compétition. C’est une évidence. Cependant lorsque les politiques sportives, sous prétexte de les valoriser en leur faisant miroiter un rêve de haut niveau laissent de côté l’immense majorité des licenciés sans que pour autant cela garantisse le maintien des jeunes dans l’activité une fois sortis des « filières », ne se trompe-t-on pas de priorité ?

Ensuite, ceux qui sont dans cette logique malthusianiste du développement de la voile et s’opposent aux partisans d’une réflexion sur la diversité de l’offre se trompent de combat et sur les intentions de ces derniers :

Départ Skiff GranvilleCe n’est pas parce que nous sommes favorables à une diversification de l’offre d’animations, de supports, à la promotion de l’intérserie que nous sommes contre la monotypie. Nous sommes contre la prétention des malthusianistes à penser que seule la monotypie répond aux attentes de l’immense majorité des pratiquants de voile. L’intersérie n’est qu’un outil, un moyen, une forme d’animation susceptible de rassembler le plus largement possible quand la monotypie tend à cloisonner, à restreindre, à exclure et à survaloriser la question du matériel au détriment de la question de l’animation. La promotion de la régate intersérie n’est ni plus ni moins qu’une forme d’animation compétitive pour permettre à chacun quelque soit son bateau de se confronter aux autres, ce qui est l’essence même du jeu de la régate. Et si la pratique intersérie n’empêche pas la régate monotype, l’inverse est plutôt rare, illustrant par la même leur complexe de supériorité et leur représentation hiérarchisée de la pratique de la voile de compétition et de club.

Enfin, n’étant pas à une contradiction près, les malthusianistes sont généralement aussi les grands pourfendeurs du concept de flotte collective qui repose pourtant en grande partie sur la monotypie, preuve encore une fois que c’est moins la monotypie parée de toutes les vertus morales qu’ils défendent qu’une vision restreinte du développement de la voile. Pire encore ces malthusianistes sont capables d’aller plus loin encore dans la contradiction. Leur nouveau cheval de bataille, c’est le haut-niveau globalisé, la transversalité dans le monde du haut niveau, le passage d’une série à l’autre ou du moins la multiplication des expériences dans divers domaines de la voile de haut niveau. Mais comment faire pour que cela ne reste pas que du discours quand tout le reste repose sur cette vision malthusianiste du développement du sport et une politique restrictive de filière et de cloisonnement ?

Les débats qui agitent le monde de la voile sur la question de son développement ne doivent donc en aucun cas se réduire à un débat stérile et réducteur, monotypie versus intersérie. Ce n’est qu’un aspect d’une opposition entre ceux qui sont partisans d’une approche malthusienne quand les autres sont favorables à la diversification de l’offre. Et ceux qui se présentent comme les modernes ne le sont pas tant que cela.

Cédric Fraboulet

L'EFV et le sportif, deux mondes trop opposés ?

FFV_label_EFV_quadriDisons le clairement, si la FFvoile peut encore être considérée comme une grande fédération sportive en France, c’est en partie grâce à son réseau des « Ecoles Françaises des Voile ». Construit et structuré depuis près de 30 ans, le réseau EFV a permis à la pratique du voile d’exister au delà du stricte champ de la pratique sportive et compétitive et de toucher un public beaucoup plus large en faisant entrer la voile dans le champ des pratiques touristiques. Le réseau EFV est donc un magnifique outil de promotion de la voile au même titre que peuvent l’être les grandes courses océaniques et les exploits des skippeurs auprès du grand public. Les 190 000 licences enseignement vendues représentent plus de 45 000 équivalents licences sportives annuelles soit la moitié des titres assimilés à la pratique compétitive. Mieux encore, le stage de voile EFV s’est profondément ancré dans l’imaginaire collectif des Français et fait assurément partie des activités à pratiquer lors des vacances estivales. Le stage de voile peut donc être considéré comme un mythe moderne (au sens de Barthes) de la civilisation des loisirs.

Cependant, si la FFvoile peut s’enorgueillir à travers son réseau EFV de toucher un public beaucoup plus large que sa sphère « naturelle » de recrutement, il n’en demeure pas moins que les transferts de cette pratique touristique et donc saisonnière de la voile vers une pratique sportive et annuelle sont très faiblement opérants alors même que c’était l’un des éléments mis en avant à la création de ce réseau présenté à l’époque comme un outil de recrutement pour les pratiques sportives et compétitives. Plus inquiétant encore, le réseau EFV s’est, d’une certaine manière, totalement autonomisé du reste des activités de la FFvoile au point de n’être plus un outil ou une passerelle mais une fin en soi. Là où l’activité EFV devait non seulement permettre d’alimenter les clubs en sportifs et de dégager une autonomie et des moyens financiers pour le développement sportif des clubs, le réseau EFV existe maintenant pour lui même et accapare la majorité des moyens humains et matériels pour le développement de l’activité touristique, dans ce qui peut parfois ressembler à une fuite en avant de recherche de rentabilité et où d’équilibre au détriment de toute dimension de transmission des valeurs du sport en général et de la voile en particulier et d’adhésion d’un public à ces valeurs afin de le faire poursuivre dans une activité sportive vélique.

produitsclubFFvoileCe mouvement d’autonomisation de la sphère touristique de la pratique de la voile a été de paire avec un vaste mouvement de formation et de professionnalisation des éducateurs qui ont du coup malheureusement perdu une grande part de leur culture sportive et ce, d’autant plus que dans le même mouvement, les contenus des stages EFV (ce que l’on demandait aux éducateurs d’enseigner) perdait toute dimension sportive et de découverte du jeu de la régate. En effet, ce que l’on apprend aujourd’hui dans un stage de voile du réseau EFV a fait l’objet d’un très gros travail il y a une dizaine d’année. Le contenu de l’enseignement délivré dans le réseau EFV est cadré, homogénéisé,  normé et hiérarchisé. Il définit les objectifs et les moyens pour permettre à un stagiaire de parvenir à l’autonomie dans sa pratique de la voile mais il n’est quasiment fait aucune référence à la dimension sportive et compétitive. Les compétences techniques et l’acquisition de l’autonomie pour un stagiaire débouche sur un « permis de naviguer » comme on passe un permis de conduire mais très rarement sur une initiation au jeu de la compétition en voile, à la performance. Cela est laissé aux «écoles de sport » ou autres « clubs compétition »  sans que ces derniers n’aient accès au public touristique à qui l’on transmet de fait l’idée que la voile ne serait au mieux qu’une activité estivale de loisir et en aucun cas un sport avec des compétitions et du jeu et qui peut se pratiquer toute l’année dans des clubs près de son lieu de résidence principale.

Le cloisonnement strict entre l’activité touristique centrée sur le réseau EFV et les activités compétitives sont donc un frein au développement de notre sport. A l’heure où le mot de « transversalité » est mis à toute les sauces sans que cela ne débouche sur quoi que ce soit de concret, il serait grand temps de prendre des initiatives pour remettre du lien entre la pratique touristique de la voile et les pratiques compétitives.

Licence2014

  • Cela passe d’abord par la réaffirmation que pour tout autonome qu’elle soit ou qu’elle se veuille, l’une des finalités du réseau EFV est de permettre au club de toucher un public qui pourrait être intéressé par une pratique compétitive annuelle.
  • Cela passe ensuite par la mise en place d’outils qui permettent de faire le lien et la passerelle entre la clientèle du réseau EFV et les clubs près des lieux de résidence de la clientèle estivale du réseau EFV. Cela passe notamment par l’exploitation des bases de données des licences enseignements.
  • Enfin, cela passe par une adaptation des contenus d’enseignement dans les EFV et l’introduction d’une initiation ou d’une découverte au jeu de la régate visant à montrer et démontrer que la voile n’est pas seulement un moyen de transport (le plus compliqué qui soit d’ailleurs) ou un simple loisir estival mais un sport avec la dimension de compétition inhérente à celui-ci. Tous ceux qui comme moi ont appris la voile dans les  stage EFV d’été dans les années 80 se souviendront que le stage se terminait toujours par une petite régate, très simple et que l’apprentissage technique de l’autonomie était indissociable de l’apprentissage de la performance. Et c’est sans doute pour cette raison que je pratique encore la voile aujourd’hui même il s’en est fallu de peu pour que ce sport ne reste pour moi qu’une activité estivale de vacances et que je ne passe à côté des valeurs que ce sport génère dans sa dimension compétitive.

Cédric Fraboulet

Le seigneur des anneaux olympiques, une longue histoire !

49er_skiff.svgLa plupart des principaux concepts du 49er sont nouveaux dans le monde de la voile, ceci parce que le 49er a été développé à partir des 18 » Australiens, les fameux skiffs, qui ont eux-mêmes subi un développement inattendu au cours des 20 dernières années. Un rapide résumé de l’évolution des 18 » donnera un meilleur aperçu des origines du 49er.

Entre les années 1827 et 1975, les skiffs ont attiré beaucoup de spectateurs en baie de Sydney, car ils étaient très spectaculaires, avec leurs gréements énormes. Mais en définitive, ils n’allaient pas plus vite que les dériveurs apparus après 1960. Entre 1960 et 1974, les régates annuelles de Sydney étaient de temps en temps remportées par des 5o5 ou FD.

En 1975, la situation changea. Après un faux départ de Ben Lexcen (son ‘Taïpan’ de 1957 était rapide mais ingérable), David Porter persévéra en suivant un développement étape par étape sur plusieurs saisons, et finalement remporta le championnat du monde avec un skiff équipé par 3 personnes et barré du trapèze. Ce concept était surprenant car c’était le premier bateau au monde à rester continuellement au planing (au près comme au portant) dans des vents de 9nds et plus. Le développement des skiffs continua durant 20 années, menant aux coques ultralégères, ailes, spi asymétriques, et mât ‘flexi-tip’.

La vitesse de ces bateaux augmenta alors pour devenir ce qu’elle est maintenant, c’est-à-dire la plus rapide des monocoques. Leurs performances devinrent encore plus spectaculaires, attirant les médias et la télévision mondiale. Ceci n’était ni plus ni moins qu’une révolution des performances et de l’architecture.

Du fait du développement des ailes et donc de gréements énormes, les tensions de haubans et compressions de mât augmentèrent dramatiquement. La coque des 18 » modernes, qui ne pèse que 85kg, supporte une tension d’une tonne de chaque côté (haubans), 500kg sur l’étai, et 3 tonnes au pied de mât ! La pratique a démontré que sous cette torture, les coques perdent leur potentiel de vitesse en 1 an, le stratifié (vinylester) se délamine en 2 ans, durée maximale pendant laquelle une coque bien construite peut espérer gagner. Un des avantages de l’époxy est qu’il n’absorbe pas l’eau de mer, ne prenant pas de poids au cours des années. C’est pourquoi le 49er est construit en époxy.

49er_1La conséquence des performances atteintes par les 18 » fut alors une augmentation importante (proportionnelle à leur vitesse) du vent apparent, ces gréements énormes devenant très physiques, leurs énormes voiles devenant dures à border, sans parler de leurs bout-dehors, atteignant les 8m. Un grand nombre de réglages furent introduits pour réduire la puissance dans les vents forts et les longues rafales, rendant les bateaux d’autant plus complexes. Dans les années 1980-85, le nombre d’équipiers capables de mener ces bateaux à la victoire diminua sans cesse. Depuis, le climat vira à la simplification.

La première simplification était une invention de Julian Bethwaite, qui supprima les bout-dehors orientables au profit d’un bout-dehors fixe, et aplatit la chute de ses spi, inventant le spi asymétrique. Ces développements amenèrent à des bateaux, comme le 49er, capables de descendre beaucoup plus dans le vent. Avec l’augmentation de la vitesse au portant, on découvrit ainsi que la vitesse était fonction de la longueur de la chute du spi, et non pas uniquement de sa surface, réduisant ainsi la longueur des écoutes de spi.

Les gréements dormants subirent alors une grande révolution. Les monstrueux 18 » utilisaient des mâts en alliage (alu) pouvant cintrer dans le milieu pour aplatir la GV dans les vents forts. Le cintrage du milieu aplatissait le milieu de la GV et ouvrait la chute au milieu (donc très tôt), mais le haut de la GV restait creux et fermé.

Plus important, le cintrage du milieu détendait les haubans au capelage, détendant du même coup l’étai. Le bateau ne pouvait alors plus pointer dans le vent. De plus, le gréement pouvait vibrer légèrement, pouvant même, dans certaines conditions, entrer en résonance, provoquant sa destruction. Pour éviter ça, on mit au point des jambes de force hydrauliques devant le mât pour garder le gréement en tension. Mais le dispositif est complexe et lourd…
Bethwaite changea tout ça (alléluia !). Il développa un bateau plus petit avec un gréement totalement différent :

– Un bas-de-mât en alliage (relativement raide), tenu par deux étages de haubans (dont un sur barres de flèche, au capelage). Cintrant peu, les étages de bas-haubans ne se détendent pas, et l’étai reste alors sous tension, éliminant la nécessité de systèmes hydrauliques complexes et lourds.
– Un haut-de-mât en carbone, très souple, tenu par un deuxième étage de barres de flèche grée en tête, pouvant cintrer indifféremment du bas-de-mât.

Ces gréements se justifient à plus d’un titre. En voici quelques raisons :

  • GV elliptique :
    La GV, elliptique, offre un meilleur rendement, proche du rendement idéal, réduisant la traînée aérodynamique
  • Plus de toile dans les hauts :
    A surface de voile égale, ces gréements sont plus compacts, donc plus légers et d’un moment d’inertie plus faible.
  • Moins de tension dans l’écoute de GV :
    La tête de mât, très souple, cintre latéralement sous le vent, refermant ainsi la chute de GV sans qu’elle soit droite, suivant la courbure du mât sous le vent, provoquant un très léger dévers. Il n’est donc pas nécessaire de ‘blinder’ la GV pour fermer la chute, ce qui est le cas avec des voiles gréées sur des mâts raides.
  • Ajustement de la puissance de la GV :
    – Le mollissement des bas-haubans provoque un cintrage en bas du mât, aplatissant le bas de la GV.
    – Plus de tension dans les hauts-haubans accentue le cintrage, aplatissant la GV dans le haut
    – Les haubans gèrent la tension de l’étai
    On peut ainsi adapter la puissance d’une même GV aux conditions météo et au poids de l’équipage.
  • Autorégulation du gréement :
    Avec le vent, le haut de la voile provoque un léger cintrage latéral du mât, tendant la chute. Si le vent monte, le centre de pression recule dans la GV, donc en arrière du mât, le faisant alors cintrer, aplatissant le haut de la voile et ouvrant la chute, sans toucher à l’écoute. Dans une molle, le mât revient à sa position initiale, creusant et fermant le haut de la GV.
  • Ajustement du point d’autorégulation :
    Sur une GV entièrement lattée, l’étarquage du cunningham fait plus facilement cintrer le mât, réduisant alors la tension de la chute nécessaire pour faire ouvrir la GV. Elle ouvrira donc dans des risées plus faibles, et surtout réagira beaucoup plus aux réglages de hale-bas et de cunningham. Ainsi prendre du hale-bas diminuera la tension d’écoute (l’écoute ne joue que sur l’angle d’incidence de la voile), et rendra la régulation plus pointue, mais plus réactive.
  • Egalisation par rapport au poids de l’équipage :
    Sur le premier bateau grée ainsi, le 18 » champion du monde 1990 AAMI I, Julian remarqua qu’en naviguant avec un équipage lourd dans des vents forts, les deux dernières lattes de la GV étaient à contre, alors qu’avec un équipage léger, en prenant du cunningham, une latte de plus était à contre, mais le bateau allait à la même vitesse.
    Il pensa alors que ces gréements étaient l’une des raisons principales pour lesquelles les skiffs, comme le 49er, sont si peu sensibles au poids de l’équipage.Les comportements dynamique et aérodynamique de ces gréements sont profondément différents de ceux de gréements dits normaux. Leurs avantages sont d’être simples, légers, autorégulateurs, très efficaces à la fois dans leurs formes initiales et dans leurs formes ‘ouvertes’, et le point d’autorégulation est ajustable au poids de l’équipage et aux conditions météo. De plus, leur traînée aérodynamique est très faible ; l’emploi de voile à fort rond de chute n’est donc plus pénalisant.
    Finalement, ces gréements ont prouvé d’eux-mêmes qu’ils étaient d’un maniement simple, et capables de performances hors du commun. Les 18 » modernes et le 49er sont des modèles de simplicité. Avant, les concepteurs pensaient que c’était aux équipages de régler leur bateau pour avoir les bonnes formes de voiles suivant le vent et la mer. L’idée d’un gréement dynamique était complètement primaire ! Maintenant, l’idée est passée qu’il est aux concepteurs de concevoir(!) des combinaisons mât-voile-lattes pouvant être utilisées avec n’importe quel poids d’équipage dans n’importe quelles conditions, celui-ci ouvrant automatiquement et efficacement pour accompagner les fluctuations du vent.

49er_oldPendant plusieurs années, les ailes étaient fixées sur le plat-bord du bateau par une charnière, et l’aile sous le vent se repliait, grâce à un élastique. Ensuite, elles furent montées fixes, angulées au-dessus de l’horizontale. Pour les rendre plus praticables, on relia le tube à la coque avec un filet, puis avec un trampoline de catamaran, rendant les manoeuvres plus aisées, les équipiers ne se demandant plus où poser les pieds. Quelques-unes étaient mêmes pleines, au détriment du poids.

La suite du développement se fit par un réel effort en vue de réduire la traînée, tant aérodynamique qu’hydrodynamique. Pour réduire la traînée aérodynamique, les barres de flèche ont été profilées et angulées pour s’aligner avec le vent apparent. Les jointures ailes-coque ont été profilées. Les attaches des ailes, à l’avant de celles-ci, ont été reculées.

La forme des coques changea aussi. Il fut remarqué qu’un changement de quelques mm modifiait sensiblement le comportement de la coque à haute vitesse. Idem pour la longueur et l’angle des entrées d’eau par rapport au comportement dans les vagues. Les appendices furent également l’objet de nombreuses années de recherche.

Ces recherches sur l’amélioration de la traînée, influencées au départ par Julian Bethwaite, introduisirent de profonds remaniements dans l’histoire des 18 ». Bruce Farr domina dans les années 70, avec des bateaux augmentant juste au niveau des gréements. Ian Murray perça avec des bateaux plus petits dans les années 80, introduisant les ailes, puis le reste. Les bateaux devenaient alors de plus en plus toilés, grands, et lourds. Julian Bethwaite commença alors à faire des bateaux plus petits, réduisant la traînée, améliorant les détails, concevant des bateaux plus légers et plus solides.

Jusqu’à présent, il était accepté qu’un bateau assez gros pour faire une vague ne pouvait aller plus vite (sans déjauger) que la vitesse à laquelle il produit une vague de la longueur de sa coque (du fait de l’augmentation de la traînée).
Cette règle n’est plus universelle.
Des mesures de vitesse faites sur un 18 » par 7-8nds de vent ont montré que le bateau marchait à 7-8nds de moyenne. Le fait d’aller aussi vite que le vent est remarquable, mais là n’est pas la question. Le fait marquant est que le bateau évoluait dans ses lignes d’eau (non déjaugé), alors que sa vitesse de carène est de 1.34*root18=5.7nds. Et un 18 » commence à planer à 9nds!!

L’évolution et les progrès des 18 » amenèrent ainsi à un résultat inespéré. Les 18 », avec leur carène ultralégère et tendue ont réussi à éliminer le pic de traînée (apparaissant normalement, sur une courbe de traînée, juste avant le planing), considéré comme inhérent à n’importe quelle coque capable de faire une vague. Et Julian Bethwaite a réussi à transférer ces caractéristiques sur le 49er. L’une des conséquences de ceci est que les skiffs vont très vite dès les petits airs.
Fleet, competing today, 30.07.12, in the Men's Skiff (49er) event in The London 2012 Olympic Sailing Competition.

Concepts

La traînée des différentes parties du 49er (coque, appendices, gréement) est de loin inférieure à celle de n’importe quel autre skiff. Hydrodynamiquement d’une part, grâce au transfert du savoir-faire des 18 », aérodynamiquement d’autre part ; la coque est plus basse et ne possède aucune cloison externe (donc moins de résistance au vent). Les ailes sont plus petites, voire ridicules par rapport au 18 », et sont reliées harmonieusement à la coque, le tout restant profilé. Un point important est que les ailes sont à moins d’un mètre de la surface, là où le vent est le plus lent à cause de la friction avec la surface. De même, la prolongation de la GV au pied de mât améliore le rendement GV-foc et les écoulements au niveau de la bôme. Tout ceci réduit considérablement la traînée. Les ratios du 49er sont impressionnants :

Le poids total d’un 18 » atteint 450kg, dont 230kg d’équipage au rappel à 3.58m du centre du bateau, développant un moment de redressement de 230×3.58=824kg.m-1. La distance entre le centre vélique et le centre de dérive est de 3.65m. son ‘sail carrying power’ est donc de (824/3.65)/450=50.1%
le même calcul pour le 49er (271kg au total, dont 150kg d’équipage) donne un ‘sail carrying power’ de 117kg.m-1, soit 117/271=43%
Ainsi, avec seulement 86% de la puissance d’un 18 », le 49er atteint presque les mêmes performances.

Elaboration des lignes de coque

Le 49er est une évolution des B14 et 18 », avec une courbe de traînée plus faible qu’un 18 » grâce à son meilleur rapport longueur/poids total et à ses entrées d’eau extrêmement fines, qui font planter des pieux à d’autres bateaux au près, mais pas avec le 49er :

Les entrées d’eau en V sont conçues pour que le bateau ne cogne pas, tout en restant stable en direction en évoluant aux alentours des 10nds au près, vitesse gardant le bateau suffisamment déjaugé dans les vagues et les manœuvres. Le clin, sur les sections avant, aide le bateau à déjauger tout en gardant suffisamment de volume devant pour éviter d’enfourner.
Les sections centrales sont une transition entre les sections avant et arrière, gardant un minimum de volume pour éviter que le bateau retombe complètement quand il arrête de planer. La suppression du clin dans ces sections permet de virer de bord sans augmenter sensiblement la traînée.
Les sections arrière sont le fruit de 6 années de développement sur les skiffs. La platitude et la superficie de ces sections permettent au bateau de planer très vite sur ses sections arrière sans augmentation de la traînée, avec la réapparition de clins pour le rendre plus stable en direction. Le bateau reste donc contrôlable, même lorsqu’il plane à plus de 20nds sur ses sections arrière.
Pour une coque qui ne subit pas d’efforts très importants (énorme tension de haubans en particulier), comme sur le 49er, l’emploi de matériaux exotiques (kevlar, carbone) n’est pas nécessaire.
Avec les skiffs, qui peuvent aller très vite et occasionnellement enfourner, voire faire un soleil, les efforts transmis à la coque par le gréement et l’eau ont été calculés afin de construire une coque aussi légère que possible.
Les raisons de l’utilisation de l’époxy et de tissus laminaires sont les suivantes :

  • l’époxy a plus d’élasticité que le polyester. Ceci signifie que sous un effort brutal et violent, là où le polyester va casser, l’époxy va simplement se déformer pour revenir à sa forme initiale après l’effort :
  • Meilleure durée de vie.
  • L’époxy est imperméable. Une cagne dans la coque n’est donc pas synonyme de prise de poids et de fragilité en plus.
  • Les tissus employés, laminaires (tressés), sont stratifiés en les orientant au mieux par rapport aux efforts, ce qui est impossible avec du tissu ‘matt’.
  • L’emploi d’époxy réduit les temps de production.
  • Le 49er possède des renforts en carbone (obligatoirement stratifié avec de la résine époxy) aux endroits appropriés (pied de mât,…).

Le gréement du 49er

Le gréement du 49er est directement issu des gréements de 18 » : Un haut-de-mât en carbone, relativement long, et un bas-de-mât court en alu, avec un premier étage de barres de flèche gréées au capelage pour garder l’étai sous tension quand le mât cintre.
Le hale-bas a pris la forme d’une jambe de force, fixée au-dessus de la bôme, poussant celle-ci vers le bas :

Le hâle-bas à pris la forme d’une jambe de force, fixée au dessus de la bôme, poussant celle-ci vers le bas :

  • Plus sécurisant, car rendant impossible un cintrage négatif du mât sous les efforts du spi, ce qui finit souvent par un démâtage.
  • Plus de place au pied de mât. L’équipier peut alors courir d’une aile à l’autre sans être gêné.
  • Meilleur écoulement de l’air (donc moins de traînée) autour du vit-de-mulet.
    Principes de réglages :
  • La puissance de la GV par rapport aux conditions de la journée est réglée par la tension des bas-haubans et des haubans de tête.
  • La force du vent à laquelle le haut-de-mât va cintrer, ouvrant et aplatissant le haut de la voile est réglé par le cunningham, qui peut être ajusté en route.
  • La force de vent refermant la chute par cintrage latéral du mât est réglée par le hale-bas.

L’utilisation des ces trois réglages permet d’ajuster la puissance de la voile. Les équipages préférant naviguer avec du hale-bas prendront moins de cunningham, et réguleront à la GV. Cette technique donne une meilleure réponse avec moins de tension d’écoute. Les autres prendront moins de hale-bas et réguleront plus à la barre, avec plus de tension d’écoute.

BRITAIN LONDON 2012 OLYMPIC GAMESLes appendices

La dérive et le safran n’ont pas la même forme ni les mêmes sections car ils n’ont pas le même rôle. La dérive inter-agit avec la coque et le safran pour empêcher celui-ci de caviter. Surtout, elle contrebalance la force exercée dans les voiles, et la plupart du temps, elle travaille avec un angle maximum de 2° avec la route du bateau. Le safran, lui, est 95% du temps dans l’axe du bateau, mais peut prendre beaucoup d’angle pendant les manœuvres (virements, empannages), toujours sans décrocher ni caviter. La dérive, bien que relativement courte, est assez longue dans les petits airs, et doit vite être remontée de 5cm dès que les deux équipiers sont tendus au trapèze, et de plus en plus au fur et à mesure que le vent monte.

Les ailes

Les ailes ont une très longue histoire, dont les premières lignes ont été écrites par Richard Court, à Perth, sur son 18 » Parry’s. Les premières n’étaient que de simples tubes, sur lesquels il fallait être habile pour ne pas se casser la g…. ! Puis quelqu’un pensa à les remplir, avec des filets très tendus. Ce fut une mini-révolution dans la conception des ailes, et elles sont maintenant toutes comme ça sur les 18 ».
Pour le 49er, une trentaine d’ailes furent testées (tubulaires, filets, repliables, pleines,…).
Les premières étaient constituées de plusieurs étages de tubes, comme sur le B14. Puis on essaya avec un filet, pour finalement les incorporer à la coque. Ainsi, le cockpit n’est plus seulement entre les deux plat-bords de la coque, mais s’étend d’un bout à l’autre des ailes. On peut alors courir de l’une à l’autre (virements) sans regarder où l’on met les pieds.

Conclusion

On voit donc, au final, que le 49er profite de l’énorme expérience acquise lors des années de conception des 18pieds Australiens, tout en faisant preuve d’innovation et d’adaptation à une taille et un poids plus faible. Cela en fait un bateau certes difficile à maîtriser (c’est un skiff ne l’oublions pas), mais très sain et très vivant.
Après beaucoup de pratique sur ce bateau, j’aurai seulement deux défauts à lui reprocher : la coque, qui n’est pas assez rigide (naviguer sur des 5o5 tout carbone ou en 18pieds nous habitue à des sensations et des performances dues à la raideur pure de la coque), et la géométrie du spi. En effet, la bordure du spi est courte, le bout-dehors aussi, et cela donne au 49er une forte envie d’enfourner…Chose qu’on ne retrouve pas du tout, bien au contraire, sur les 18pieds, qui ont proportionnellement des bout-dehors bien plus longs (mais fixes il est vrai) et des bordures de spi également plus longues. Mais rassurez-vous, ça reste l’un des meilleurs engins sur lequel j’ai navigué.

L'histoire d'un mythe !

02_smlLa légende des 18 pieds comme nous les connaissons commence dans le port de Sydney, le 26 Janvier 1892. Mark Foy, un homme d’affaires qui adore naviguer, pense que la baie de Sydney est l’une des mieux adaptées au nautisme et trouve pourtant que peu s’intéressent à ce sport, contrairement à d’autres.

Il réalise très vite que cet état de fait est dû aux marins eux-mêmes, qui ne font pas grand-chose pour attirer les gens :

  • Les parcours de régates font plus de 12 milles, rendant les bateaux invisibles pendant plus de deux heures.
  • Un système de handicap compliqué détermine le vainqueur longtemps après la course.
  • Rien n’est fait pour capter l’attention des spectateurs quand les bateaux sont sur l’eau.
  • Déterminé à changer cette situation, Mark Foy en discute avec ses proches amis pour prendre des initiatives qui permettront de capter l’attention du public et de populariser la voile sportive. Il en sort trois grands principes :
  • Les régates devront être plus spectaculaires et plus courtes.
  • Les bateaux devront être mieux identifiables, par des couleurs et des symboles plutôt que par un numéro de voile.
  • Le premier à passer la ligne sera le vainqueur !

Le principal problème de cette refonte est alors le support, autrement dit un bateau rapide. Foy conçoit alors le premier 18footer (5.4m), plus léger, large de 2.4m, avec 14 équipiers (comparé aux précédents équipages de 25 équipiers), et avec une surface de voilure lui permettant de planer plus tôt.
L’idée d’avoir des voiles différentes et originales pour chaque bateau dut être abandonnée pour une question de coût. L’alternative fut alors de mettre dans chaque grand-voile un emblème permettant de reconnaître le bateau. Cette tradition a encore cours aujourd’hui même si l’emblème en question est maintenant le visuel d’un sponsor.
Foy propose alors son nouveau concept à l’occasion de l’Anniversary Regatta Comitee de 1892, comité qui rejette son concept car « il ne respecte pas la dignité des anciennes régates de l’hémisphère Sud »…
Mark Foy, furieux, annonce : « Nous courrons nos propres régates de l’Anniversary Day. Je payerai pour, et je donnerai au public ce qu’il attend ! ».
08_smlA grand renfort de publicité, la première régate de 18footer est une énorme réussite ! Le port de Sydney a du mal à accueillir tous les spectateurs (!!), qui viennent de loin, créant un événement sans précédent dans la baie de Sydney. La plupart des spectateurs ne connaissent pas forcément ce sport, mais sont venus voir le spectacle, encouragés par les promesses de Foy.
Un parcours triangle de 3 milles est alors mouillé, et on organise un départ « étagé » (les plus rapides partent après les plus lents) pour une course en temps réel. Au départ, il y a moins de trois minutes d’écart entre tous les bateaux. A l’arrivée, plus d’une douzaine se battent bôme dans bôme pour la victoire !

C’est un réel succès pour le public, qui apprécie ces régates courtes, en temps réel, et sur des bateaux spectaculaires et très bien identifiés, hauts en couleur.

L’ère des « gros bateaux « , de 22-24 pieds avec entre 18 et 25 équipiers. Ces bateaux avaient des espars et des appendices très lourds

03_smlLe 18 pieds, avec une largeur de 8 pieds, est conduit par un équipage réduit à 10 ou 15 personnes, mais avec toujours autant de surface de voile. Pour les spectateurs ils n’étaient pas très différents, mais avaient l’avantage d’être nettement moins chers à fabriquer.

La classe 18 pieds prend toute sa maturité lors des saisons de 1912-1913, avec le premier championnat officiel, en baie de Sydney.
L’un des bateaux les plus connus à l’époque des « gros bateaux » était le BRITANNIA, construit par son propriétaire et skipper, Georgie Robinson, en 1919, et qui courut pendant plus de 20 ans.
A partir de 1930, la flotte commence à diminuer à cause de la difficulté à trouver des équipiers, et des coûts de fabrication en hausse, qui empêchent certains équipages de reconstruire un bateau neuf.

04_smlDes expérimentations radicales vont alors commencer, quand certains designers/architectes appliquent les lois de l’aérodynamique et de l’hydrodynamique aux coques et gréements des 18 pieds. En 1932, un nouveau 18 pieds voit le jour, moins large que les autres (7 pieds). ABERDARE, qui appartient à Frederick Hart, est surnommé « miracle boat ». Hart dessine les plans, à Brisbane, et le fait construire par H.P. Avec un équipage de 7-8personnes (beaucoup moins que les 18 pieds conventionnels de l’époque).

Sa surface de voile était vraiment énorme. Ce bateau atteint une vitesse de 26 nds au Championnat Australien de Sydney en 1934 !! Skippé par Vic Vaughan, ABERDARE a gagné quatre fois consécutives le Championnat Australien, et à son retrait, il avait remporté 23 victoires sur 31 départs…
Le succès de ce nouveau concept marqua la fin des « gros bateaux ». Mais le club de Sydney (Sydney Flying Squadron) refusa de jauger ces bateaux. Un groupe de navigateurs, voulant faire naviguer et voir ces nouveaux bateaux, forma alors son propre club.
Cela conduisit à la formation du N.S.W en Janvier 1935. Aujourd’hui plus connu sous le nom de … 18 footer Sailing League (la ligue Australienne de 18pieds). Six nouveaux 18 pieds de 7ft de large disputèrent la saison 1935-36. Lors de la saison 1938-39, ils étaient 21 !
Lors de ces courses, il y avait en permanence 7 ferries pour suivre les régates avec des spectateurs. Chaque ferry avait son propre commentateur, et son propre routeur à terre pour dire au capitaine où aller pour suivre la course à l’endroit le plus spectaculaire.
Cette période est très bien résumée par les commentaires du président de la ligue au début de la saison 1938-39 :
« Il ne fait aucun doute que les nouveaux 18pieds répondent aux attentes du public australien. Les budgets des sponsors ne cessent d’augmenter chaque année. Il y a deux ans nous étions à 150 000 mark, et nous sommes presque à 200 000mark cette année. »
Le succès du club n’est pas démenti, et continue encore aujourd’hui, puisque c’est le principal promoteur de la classe 18 pieds dans le monde.

01_smlEn 1938, Mr James J. Giltinan (Secrétaire du NSW 18footer Sailing League) organise un championnat du monde, « open » (ouvert à tous), dans la baie de Sydney, lors du 150 ème anniversaire de Sydney.
Des annonces et publicités sont publiées dans les journaux à travers le monde, et des réponses viennent des USA, Angleterre, Hong Kong, et de Nouvelle-Zélande. Malheureusement, en raison des tensions en Europe (nous sommes à l’approche de la Deuxième Guerre Mondiale), seule la Nouvelle-Zélande viendra.
Le premier Mondial 18 pieds est quand même une grande réussite, et fait la une du journal « Sydney Morning Herald » le lendemain des premières régates.

« The crowd at Circular Quay (ferry wharf) was so large that extra steamer accomodation had to be provided at the last moment, while craft of almost every conceivable description were in attendance. The foreshores were thronged with spectators ».
Quand la Deuxième Guerre Mondiale éclate, les autorités décident de stopper les courses dans la baie de Sydney. Elles continueront ainsi sur la rivière, à l’ouest de Sydney, jusqu’en 1946.

10_smlAprès la guerre, de nouveaux concepts de 18 pieds apparaissent, visant à réduire encore la largeur (à 6ft) et le nombre d’équipiers. Les 18 pieds de 7ft de large continueront quand même à régater pendant encore 5 ans.

Depuis, de nouvelles techniques sont apparues, surtout en terme d’aérodynamique et d’hydrodynamique, amenant à des formes de coque de plus en plus planantes. Toujours avant-gardistes, les médias ne cesseront pas de s’intéresser à cette série, offrant ainsi un large espace aux sponsors. Des architectes comme Julian Bethwaite et Ian Murray, ainsi que les nouveaux matériaux (carbone, kevlar, aramide, etc…), amènent les 18 pieds à ce que nous connaissons maintenant.

« Aujourd’hui si j’étais jeune, je naviguerais sur des skiffs, bien entendu » Russell Couts lors d’une conférence de presse, été 2004.

alternative_01Cela aurait pu être une régate anodine comme il y en a tous les week-ends dans les clubs de voile de l’Hexagone. Pourtant, les 11 et 12 Septembre 2004, ce sont près de 25 skiffs et nouveaux dériveurs qui se sont réunis dans une ambiance conviviale et sportive hors norme au Yacht Club de Carnac malgré des conditions météorologiques difficiles. Pour la première fois sans doute depuis que ces bateaux sont arrivés en France, voilà une petite dizaine d’années, l’espoir de voir cette nouvelle approche de la voile légère se développer en parallèle des séries traditionnelles (420, 470, Fireball, 505…) remplace le pessimisme ambiant qui prévalait jusqu’alors. En ce week-end de Septembre à Carnac, il y avait dans les esprits, la conscience qu’un acte fondateur se déroulait, que l’alternative et la révolution skiff étaient en marche.

alternative_00Explications : au début des années 90, la voile légère mondiale a été balayée par un vent de nouveauté avec l’arrivée de nouveaux dériveurs inspirés des fameux 14 Pieds Anglais et 18 Pieds Australiens : carènes planantes, échelles de rappel et spi asymétrique devinrent le standard dans le monde anglo-saxon : les Laser 4000 et 5000, les ISO, Buzz, 49er, 29er et autres RS 400, 600, 700 et 800, pour ne citer que les plus connus, emportèrent l’adhésion sur tous les plans d’eau d’Europe et du monde, sauf, étrangement, en France, sans que personne ne s’interroge véritablement sur cette exception culturelle française. Non pas que les journalistes de la presse spécialisée et les quelques passionnés pionniers n’aient loué les qualités de ces bateaux et l’immense plaisir qu’ils procurent mais, ils restèrent peu développés et les régates organisées pendant ces années de plomb ne rassemblaient que ces quelques passionnés pionniers. La presse francophone spécialisée leur donna l’appellation d’origine non contrôlée de « Nouveaux Dériveurs » alors que celle de skiff eut été sans doute plus appropriée. Ces bateaux s’inspirent en effet des skiffs dont les plus connus, le 14 et le 18 Pieds, sont parmi les plus vieilles séries de la voile légère. Pour la nouveauté, on repassera ! La sphère francophone, pour reprendre une expression de Daniel Charles, qui avait été dominante dans la voile légère des années 60 et 70, restait donc mystérieusement à l’écart de ce vaste mouvement de renouveau.

alternative-3Certes, le poids des structures et des filières fédérales françaises qui orientent, formatent voire conditionnent les régatiers depuis l’Optimist jusqu’au 470 en passant par le 420 freinèrent le développement de ces bateaux, et particulièrement celui d’un 29er qui devient pourtant de par le reste du monde le support jeune en lieu et place de l’antique 420. Certes, les idées reçues sur l’instabilité et la technicité exigée par ces bateaux ne contribuèrent pas non plus à mobiliser des régatiers en voile légère, souvent conservateurs ou tout du moins attentistes : combien de fois avons-nous entendu de la part des régatiers en 420, 470, 505 et Fireball, qu’ils nous rejoindraient sûrement quand ces bateaux seraient plus nombreux en France ? Une histoire de serpent qui se mord la queue… Cette mentalité conservatrice se retrouve jusque dans le comportement de certains clubs, heureusement minoritaires, à l’égard des pratiquants de skiff : comment ne pas être en effet révolté quand un club de voile de la région parisienne connu pour ses « Vauriens » refuse l’accès sur son plan d’eau à un propriétaire de 14 Pieds International, ceci sans justification.

Le prix de nos bateaux est aussi un argument mis en avant par les réfractaires à cette nouvelle forme de voile. Argumentation qui ne tient pas, n’en déplaise à certains. Un Laser 4000 neuf vaut moins cher qu’un 470 ; un 29er ou un 49er neuf moins que leurs équivalents (420 et 505) neufs. Si les occasions sont encore rares en France, le voyage en Angleterre pour trouver des bateaux a été effectué par nombre d’entre nous et a prouvé son bien-fondé : il est possible de naviguer sur un 14 Pieds international performant pour 6000 Euros, sur un Laser 4000 ou un ISO pour 3000 euros. De même, les écoles de voile se sont souvent dotées de ce type de bateaux pour faire découvrir à leurs stagiaires « l’insoutenable légèreté du skiff » à moindre coût. Certains enseignants ont même développé une nouvelle approche pédagogique spécialement adaptée à ce type de bateau, expliquant la faiblesse du développement de ces dériveurs par l’inadaptation des techniques traditionnelles d’enseignement à la spécificité de la navigation sur skiff.

alternative-2Si l’accès au statut olympique du 49er a été un formidable éclairage pour les skiffs en France, il a conforté certains dans l’idée que ce genre de bateaux n’était par pour eux car trop technique et réservé à quelques athlètes ayant si possible du sang anglais ou australien dans les veines et des gènes d’équilibriste ou de danseur étoile. Non, bien sûr, il ne faut pas faire de prosélytisme idiot : le 49er ou le 18 Pieds restent destinés à des régatiers ayant déjà une très bonne expérience de la voile légère.

Mais c’est oublier les autres séries (Laser 4000, 29er, Buzz, ISO, RS 200, 400, 800) qui rendent le skiff accessible et les joies du planing abordables par des équipages peu expérimentés. Le Yacht Club de Carnac, pionnier en la matière et organisateur d’une manche du championnat du monde de 18 Pieds Australiens, a même mis en place pour le grand public des baptêmes sur le roi des skiffs afin de tordre le cou à quelques idées reçues. Les initiatives existent mais la pratique du skiff reste trop limitée… Les causes de ce faible développement sont donc à chercher autre part…
Le paradoxe d’une France de la voile légère qui reste fermée sur elle-même, le regard tourné sur des dériveurs sentant bon la France gaullienne, les années 60 et la consommation de masse, nostalgique du 420 et du 470 de papa ou du Fireball construit dans le garage par des soixante-huitards dissertant sur les errements d’une époque qu’ils ont l’illusion d’avoir changée, ne serait complet, si le skiff n’était quand même pour cette France de la voile légère « un obscur objet du désir ». Ces bateaux intriguent, attirent et ne laissent surtout pas indifférent mais encore peu de personnes, parmi toutes celles que nous rencontrons sur les parkings et dans les clubs, franchissent le cap.

alternative-5Si aujourd’hui nos jeunes régatiers naviguent en 420, ils pensent et rêvent 29er et skiffs. Les plus âgés ou les moins jeunes, c’est selon, sortis des carcans fédéraux et des chimères olympiques, naviguent majoritairement en habitable mais aimeraient bien retrouver les plaisirs de la voile légère en dehors des structures et de leur logique de masse, celle qui consiste à faire croire à n’importe quel jeune régatier qu’il pourra être champion olympique à condition de rester dans les filières spécialement mises en place par l’honorable institution et qui s’appellent 420, 470, Optimist, Europe, Laser… Ne s’est-on jamais interrogé sur l’écrasante domination anglaise en matière de voile légère ces dernières années ? Non, sans doute pas, mais un esprit indépendant qui le ferait serait sans doute surpris de constater que, pour un jeune régatier anglais, la diversité des dériveurs sur lequel il passe dans sa vie, loin de conduire à une lassitude, favorise au contraire le plaisir et l’envie d’être performant au plus haut niveau sans que l’institution fédérale ne soit ni première, ni avilissante, et encore moins écoeurante. La voile légère restera pour lui une évidence là où chez nous le quillard constitue une fin en soi. Encore qu’il faille nuancer ce propos puisque la France connaît actuellement un véritable engouement pour les Sports Boats (Melges 24, Open 5.7, 7.5, Laser SB 3…), reléguant au rang de pièce de musée les Class 8 et autres J 24. La voile légère française reste donc à l’écart de la modernité, contrairement à la voile habitable.

A l’heure où fleurissent les thèmes du déclin et du blocage de la société française, comment ne pas faire le parallèle avec les pratiques de la voile légère… Dis-moi sur quel dériveur tu navigues, je te dirai dans quelle société tu vis. Et qui sont-ils ces responsables fédéraux, ces responsables de ligues, ces entraîneurs, pour nous faire croire que des bateaux conçus il y a 50 ans correspondent aux attentes des régatiers d’aujourd’hui, à l’esprit et aux valeurs du temps, à ce qu’est fondamentalement la pratique de la voile ? Dans quelle autre discipline sportive en arrive-t-on à nier à ce point toute idée de progrès et de performance ? N’est-ce pourtant pas la logique à l’œuvre en faisant naviguer des régatiers sur un 420 plutôt que sur un 29er ?
La pratique du skiff par sa dimension minoritaire apparaît donc aujourd’hui dans le paysage de la voile légère française comme une véritable contre-culture avec ses valeurs, ses références et son histoire.

Réunis pour la majorité de ses pratiquants autour du site Internet http://www.breizhskiff.com, la tribu des « skiffeurs » entend montrer et démontrer que cette forme de voile incarne aujourd’hui une certaine forme de modernité. Référence théorique de beaucoup d’entres nous, Franck Bethwaite écrivait dans une célèbre revue australienne dès la fin des années 70 un texte qui fait date, intitulé «This must be the future ». Dans cet article, qui préfigure la bible qu’est « High Performance Sailing », il développe l’idée que le skiff est sans doute la forme de voile légère la plus innovante et qu’il en est l’avenir. Pour certains, le nom « 49er » de l’unique et fameux skiff olympique (dessiné par le Julian Bethwaite, le fils de Franck) renvoie à une célèbre équipe de football américain, d’autres moins nombreux y voient une référence à l’histoire américaine, à ces pionniers qui en 1849 participèrent à la ruée vers l’or avec la certitude de trouver dans les vastes terres de l’ouest américain, la promesse d’une nouvelle société à construire.

Naviguer en skiff aujourd’hui, c’est d’une certaine manière participer à une révolution culturelle dans la voile légère, celle qui permet au bateaux de planer rapidement, celle qui démontre que les bords de portant en régate peuvent être aussi tactiques que des bords de près, que la ligne droite entre une bouée au vent et une bouée sous le vent n’est plus forcément une évidence ; c’est repousser les frontières traditionnelles pour découvrir de nouveaux espaces et de nouvelles dimensions dans la pratique de la voile. C’est aussi rendre accessible la voile au plus grand nombre par son côté spectaculaire. Comment ne pas remarquer en effet que dans les règles constitutives de la classe des 18 Pieds Australiens figure en préambule la notion de spectacle ? Naviguer sur un skiff, c’est enfin mettre le plaisir de la simplicité au premier plan : légers et faciles à mettre en œuvre, ces dériveurs vont vite et glissent en réduisant au maximum les contraintes. Ils rompent avec l’idée masochiste qui consiste à faire croire que l’on ne peut prendre du plaisir en voile qu’à la condition de triturer des dizaines de bouts et autant de réglages pour gagner un quart de dixième de nœud.

Naviguer sur un skiff, c’est sans doute se recentrer sur l’essence même du désir voile : le plaisir, la glisse, la pureté des sensations et l’émotion, sentiments devenus si ténus et rares de nos jours que certains en ont oublié le caractère fondamental. Jouissez sans entrave, faites du skiff et rejoignez ceux qui aujourd’hui contribuent au développement d’une conception moderne de la voile légère.

Quand le maître raconte l'histoire.

franck bethwaitheDans la famille Bethwaite, je voudrais le père…

S’il y a bien une personne dans le monde à qui la voile légère doit beaucoup, c’est bien Frank Bethwaite. Le renouveau de la voile légère des années 90 est en grande partie le résultat de ses recherches scientifiques, de ses dessins et d’un de ses livres ! En effet, ce célébrissime régatier du Northbridge Sailing Club et père du non moins célèbre Julian a publié un livre  » High Performance sailing  » dans lequel il apporte un nouveau regard sur un siècle de voile légère de par le monde en plus et avant tout de révolutionner l’approche de la vitesse en voile. Du point de vue historique, il distingue ainsi 4 révolutions dans cette histoire pleine de bruits et de fureur qui ne signifierait rien s’il n’était pas passé par là !

Première révolution selon lui, les travaux de Manfred Curry en 1925. Ils rendent enfin compréhensibles les principes aéro et hydrodynamique qui régissent la marche d’un bateau ! Pour la première fois dans l’histoire, la navigation et l’architecture navale deviennent une science à part entière. Ce faisant Manfred Curry ouvre une brèche dans laquelle vont s’engager tous ceux qui deviendront les grands architectes de l’après-guerre.

livre_hps

La deuxième révolution a lieu en 1935 quand le génial Uffa Fox, le plus excentrique des architectes et des régatiers anglais, dessine Avenger et remporte la majorité des courses auxquelles il participe. Ce 14 pieds international est en effet l’un des premiers bateaux dans l’histoire à planer au portant. Il s’agit d’une véritable révolution parce que pour la première fois un bateau dépasse sa vitesse limite, fonction de sa longueur à la flottaison. Dès lors pour gagner, plus besoin d’avoir le plus grand bateau, celui qui coûte le plus cher, plus besoin d’avoir des dizaines d’équipiers. Bref cette révolution d’ordre sociologique est un véritable bouleversement dans l’histoire du sport en général parce qu’elle va à l’encontre d’un certain élitisme qui prévalait alors dans le sport en général et dans la voile en particulier !

La troisième révolution a lieu dans les années 60 : les meilleurs 505 et Flying Dutchman se mettent à planer au près ! Les trapèzes deviennent monnaie courante sur les bateaux et la pratique de la voile légère explose de par le monde et particulièrement en France. Les carènes des bateaux deviennent encore plus planantes à l’image des 14 pieds en GB et des 18 Pieds en Australie (inconnus en Europe à l’époque).

FranckBethwaite

La quatrième révolution est tactique et liée à la puissance augmentante des bateaux : il devient plus avantageux de tirer des bords de largue pour descendre à la bouée sous le vent que de tracer plein vent arrière . La tactique ne se limite plus aux bords de près et la moindre erreur dans le choix d’un bord se révèle catastrophique !
Pour nous jeunes régatiers de ce début du siècle 21 cette histoire nous paraît aller de soi. Et pourtant s’il n’y avait pas eu des gens comme Frank Bethwaite pour la théoriser et en être un des acteurs, les skiffs des années 90 auraient-ils vu le jour ?

A ces quatre révolutions qui sont des idéaux-types, il conviendrait sans doute d’en rajouter une cinquième, celle des Bethwaite eux-mêmes, celle qui consiste à dessiner des bateaux pour aller plus vite que le vent. Une dernière révolution équivalente à celle du passage du mur du son par les avions !
Les Laser 4000 et 5000, les ISO et BUZZ, les 49er les 29er… sont tous des bébés de Frank Bethwaite, nous sommes tous des skiffeurs Australiens ! Maintenant à nous de poursuivre l’histoire de la voile légère !

Bibliographie :

  • L’histoire du yachting de Daniel Charles chez Arthaud (l’ouvrage de référence, une bible, un chef d’œuvre, une merveille, un enchantement….)
  • Un hors série (n°12) de Voiles et Voiliers écrit par Eric Vibart et François Chevalier (une très bonne approche synthétique par des gens cultivés)

Une bible !

high Performance Sailing - Franck BethwaiteCet ouvrage malheureusement jamais traduit en Français est assurément la bible du livre technique consacré à la performance et à l’art de la régate en voile légère. Si tous les voileux connaissent le livre de Manfred Curry consacré à l’aérodynamique de la voile, ils sont peu nombreux ceux qui connaissent cet ouvrage qui est aujourd’hui et pour longtemps encore la référence sur la recherche de performances en voile légère.

Mélange d’approches théoriques, de recherches empiriques et de « bricolages », il a eu une influence considérable sur l’architecture navale des 30 dernières années. En effet, Franck Bethwaite fait assurément partie de ces hommes dont l’influence ne se mesure pas encore totalement tant elle est fondamentale.

Si ses travaux ont nourri les plus grands architectes navals contemporains, il est aussi le père spirituel de tous les skiffs créés ces dernières années et notamment de toute la gamme des 9er dont son fils, Julian a été l’architecte et le constructeur.

franck BethwaiteA la fin des années 70, quelques années avant la publication de ce livre constamment réédité depuis, Franck Bethwaite publiait un article intitulé « this must be the future ». Disons le clairement, le futur c’est aujourd’hui et lui l’a écrit il y a déjà bien longtemps. Franck Bethwaite est décédé en 2012 à l’âge de 92 ans.

Si nous n’aurons malheureusement plus son apport théorique, on aimerait un jour une synthèse accessible de l’ensemble de son oeuvre et de ses travaux et notamment de cet ouvrage, High performance sailing. On peut rêver non ?

Un DVD de référence

higher & fasterLes vidéos à usage pédagogique, construites dans l’objectif de permettre à chacun de progresser ne sont malheureusement pas légion dans le domaine de la voile légère. En effet si avec youtube et le développement des GO-Pro, nous sommes abreuvés d’images de skiffs souvent réalisées par des gens qui pensent que la simple maitrise des outils techniques permet de faire des belles choses, ils sont rares les films qui ont un réel intérêt pour tout un chacun.

Tourné par des pros et en utilisant de belles images, des démonstrations à terre comme sur l’eau et des commentaires instructifs, Higher and faster s’est imposé comme la référence de ceux qui veulent s’initier ou se perfectionner aux secrets de la navigation en skiff.

Etape par étape, avec beaucoup de pédagogie, le duo de niveau international en 49er, Alister Richardson et Peter Greenhalgh accompagnés de l’entraîneur Harvey Hillary, explique les spécificités et les subtilités de l’art de la navigation en skiff afin que, du débutant au confirmé, chacun puisse améliorer sa pratique.

 Tourné sur des RS 800, 29er et 49er, ce formidable DVD ravira tous les propriétaires de dériveurs à spi asymétrique. Ils passeront des heures devant leur écran à disséquer les manœuvres, les réglages…

Bref, quelque soit votre niveau Higher and faster va vous aider à progresser.

Un « must » dans la dvdthèque des skiffeurs qui malheureusement est difficile à trouver aujourd’hui…

Alister Richardson et Peter Greenhalgh